Bitch Planet (tome 1) : Extraordinary Machine, Kelly Sue Deconnick (scénariste) et Valentine De Landro (dessinateur)

Trop grosse, trop maigre, trop timide, trop effrontée, trop ceci, trop cela – ou pas assez ! – voilà ce qui peut vous être reproché – selon la décision du jour – et vous offrir un aller simple pour Bitch Planet, une prison pour femmes jugées « non-conformes ». Et il en faut peu pour être jugé « non-conforme » dans un monde où ne pas respecter la volonté des pères est un crime !

Les hommes gouvernent et se divertissent en regardant des matchs de « mégaton », un sport dans lequel presque tous les coups sont permis. Les femmes, sous la pression dictature des pères, tentent d’atteindre un idéal de perfection et comptent chaque calorie absorbée. Toute femme qui ne respecte pas aveuglément la volonté des hommes, toute femme qui n’est pas conforme à l’image que l’on attend d’elle, est réformée et les cas les plus sérieux sont envoyés à l’Établissement Autoritaire de Conformité (EAC) – Bitch Planet pour les intimes -, une prison spatiale. Là-bas, les femmes sont en colère, elles se révoltent et doivent faire face à la violence physique et psychologique. Pour couronner le tout, une équipe composée de femmes incarcérées à Bitch Planet est formée pour ajouter du piment au mégaton.

Kelly Sue Deconnick et Valentine De Landro nous plongent dans un univers dystopique qui dénonce le patriarcat, mais pas seulement car on remarquera que, dans cette société gouvernée par des hommes – blancs -, les femmes de couleur sont majoritaires à Bitch Planet. Et, souvent, elles sont injustement condamnées. Le droit des femmes semble donc plus régresser que progresser, les inégalités sont fortes et la société de consommation a toujours sa place. Reflet à peine exagéré de notre société… non ?!

Les auteurs – oui, auteurs, car Valentine De Landro est un homme – ne se focalisent pas sur une seule héroïne mais sur plusieurs, et offrent une galerie de personnages prometteurs. Le tout est complété par une interview des auteurs et des « portraits des plus grandes bitches du féminisme ».

Une jolie découverte engagée et pleine de promesses. L’histoire est passionnante, bien qu’elle se déroule trop vite. On est impatient de retrouver les personnages, de mieux les connaître et de découvrir la suite – prévue pour octobre – de leur combat !

Ornements

9782344014653-LSeule une vraie femme peut survivre à… Bitch Planet !

Le futur. Le monde est gouverné par le diktat des hommes. Les femmes qui ne se plient pas aveuglément à leur volonté doivent être « rééduquées ». À l’issue d’un discours évangélisateur psalmodié en boucle dans leur sommeil, elles sont expédiées dans l’établissement auxiliaire de conformité, une prison pour femmes en orbite au-dessus de la Terre. Ces rebelles qui rejettent les règles masculines vont ainsi découvrir les joies de la vie carcérale dans cette boîte de métal que l’on appelle « Bitch Planet. »

Entre pamphlet social, miroir de notre bonne vieille société patriarcale et récit d’aventure futuriste enlevé, Bitch Planet nous invite à découvrir un monde où les femmes se rebellent contre l’injustice et les disparités du consumérisme moderne. Un récit engagé en forme de coup de poing narratif et graphique, orchestré par la brillante Kelly Sue DeConnick (Pretty Deadly, Captain Marvel) et Valentine De Landro (X-Factor). En bonus à cette édition Glénat Comics : une couverture inédite, un appareil critique sur le féminisme et la culture populaire rédigé par Pia-Victoria Jacqmart, des interviews exclusives des auteurs, des fausses-pubs, et plein d’autres surprises !

Editions : Glénat ♦ Collections : Comics ♦ Date de parution : 4 mai 2016 ♦ Nombre de pages : 176 p. ♦ Prix : 16,95€

Ornement 1

QeTfOR8FKelly Sue Deconnick est auteure, éditrice et traductrice de mangas en langue anglaise. Elle travaille pour Marvel sur les séries Captain Marvel et Avengers Assemble et pour Dark Horse sur Ghost. Chez Image Comics, elle crée la série du moment qui fait sensation : Pretty Deadly, pour laquelle elle est nommée au Eisner Award du meilleur scénario à la San Diego Comic Con. (Source)

Valentine de LandroValentine De Landro est un illustrateur, dessinateur et designer canadien. Il a travaillé sur le comics Prometheus : Fire and Stone – Omega chez Dark Horse. Il a également collaboré pour Marvel sur Spider-Man et X-Factor. (Source)

 

Publicités

2 commentaires sur « Bitch Planet (tome 1) : Extraordinary Machine, Kelly Sue Deconnick (scénariste) et Valentine De Landro (dessinateur) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s