Nord et Sud, Elizabeth Gaskell

Margaret Hale, fille d’un pasteur du Sud de l’Angleterre, abandonne le presbytère familial lorsque son père décide de quitter l’Eglise d’Angleterre pour des raisons de conscience. Ce dernier emmène sa femme et sa fille dans la ville industrielle de Milton, ville industrielle du Nord, où il exercera en tant que professeur privé. Margaret est belle, intelligente et cultivée, mais aussi très fière. Elle doit s’adapter à sa nouvelle vie et découvre, avec horreur, le monde industriel dans toute sa brutalité et sa cruauté. Patrons et ouvriers s’affrontent, les grèves s’organisent, et la jeune femme prend le parti des ouvriers, parmi lesquels elle se fait des amis. Au contraire, Margaret méprise les patrons, la classe des nouveaux riches et leur manque de compassion et de générosité. Sa conscience sociale l’amène à s’opposer farouchement à John Thornton, patron des filatures locales. Pourtant, à travers les épreuves, la jeune femme va commencer à comprendre ce qui se joue et découvrir la grandeur d’âme de John Thornton.

Nord et Sud est un étonnant portrait de femme mais aussi une fresque sociale de l’Angleterre du milieu du XIXème siècle. L’affrontement entre Margaret Hale et John Thornton n’est pas sans rappeler celui d’Elizabeth Bennet et Mr Darcy dans Orgueil et Préjugés de Jane Austen. Pourtant, Elizabeth Gaskell va plus loin en opposant le Nord et le Sud de l’Angleterre. Le Nord est rude, en pleine révolution industrielle, quand le Sud semble plus paisible et conservateur. Les deux s’opposent, s’affrontent, à travers Margaret et Mr Thornton. Les conflits entre la classe ouvrière et les patrons émergent, les grèves s’organisent, les syndicats défendent leurs intérêts, les conditions de vie sont difficiles. Au contraire, les patrons organisent des soirées luxueuses et n’hésitent pas à spéculer pour s’enrichir davantage.

Un roman qui dépeint parfaitement les malheurs et les souffrances de la société industrielle anglaise. Un roman, aussi, qui n’est pas sans rappeler l’oeuvre de Jane Austen mais aussi celle d’Emile Zola. Mon seul regret est la brièveté de la scène finale… Nord et Sud est un petit coup de coeur que je vous invite à découvrir !

Ornements

9782757820902Après une enfance passée dans un village riant du Hampshire, Margaret Hale, fille de pasteur, s’installe dans une ville du Nord. Témoin des luttes entre ouvriers et patrons, sa conscience sociale s’éveille. John Thornton, propriétaire d’une filature, incarne tout ce qu’elle déteste : l’industrie, l’argent et l’ambition. Malgré une hostilité affichée, John tombera sous son charme.

Editions : Points ♦ Collections : Les Grands Romans ♦ Date de parution : 25 novembre 2010 ♦ Date de publication originale : 1854 ♦ Nombre de pages : 704 p. ♦ Prix : 8,95€

Ornement 1

Elizabeth Gaskell en 1851, portrait par George Richmond.
Elizabeth Gaskell en 1851, portrait par George Richmond.

Proche de Charles Dickens, George Eliot et Charlotte Brontë, Elizabeth Gaskell (1810-1865) a occupé une place importante sur la scène littéraire victorienne. Fille et femme de pasteur, elle connaissait intimement la vie provinciale et les milieux industriels. (Source)

Publicités

23 commentaires sur « Nord et Sud, Elizabeth Gaskell »

    1. Oui, j’ai regardé l’adaptation ! Je l’ai même vu deux fois tellement je l’ai apprécié. Malgré quelques modifications, cette longue adaptation est, à mon avis, une réussite !

      J'aime

    1. Quoi ?! Tu connaissais pas Elizabeth Gaskell ? Je fais la surprise, mais j’ai découvert cette autrice il y a seulement deux ans… Elle est très connue, mais, paradoxalement, elle reste encore une inconnue pour beaucoup. En tout cas, je te conseille de découvrir « Nord et Sud » 🙂

      J'aime

  1. J’ai adoré ce roman. Au-delà de l’histoire d’amour (qui m’a conquise), c’est un tableau de la société à l’époque de l’industrialisation. Je te rejoins pour les références : un mélange de Jane Austen et d’Emile Zola, tu as totalement raison !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, un tableau de la société à l’époque de l’industrialisation, et en plus un tableau très bien réalisé. Ce livre est d’autant plus brillant qu’il a été écrit par une femme à une époque où on ne leur laissait pas beaucoup de liberté.

      Aimé par 1 personne

    1. Oui, je me souviens de ton avis… J’ai commencé « Ruth » après avoir refermé « Nord et Sud », mais je n’ai pas accroché du tout… J’ai presque lu la moitié du livre, mais je ne l’ai toujours pas terminé… Ces deux livres sont vraiment très différents.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s