Les apprentissages de Colette, Annie Goetzinger

En 1893, Colette épouse Henry Gauthier-Villars, dit « Willy ». Ce dernier est volage et utilise son épouse comme nègre littéraire dès lors qu’il découvre ses talents pour l’écriture. Bien que docile, Colette est jalouse et frustrée, et, en 1906, le couple divorce. Commence alors pour l’auteur un cheminent loin de Willy : Colette écrit, poursuit une carrière au music-hall, vit plusieurs aventures avec des femmes, …

Les apprentissages de Colette couvre trente ans de la vie de cette dernière, de son mariage avec un séducteur compulsif à la publication du Blé en Herbe en 1923. Dans cette bande dessinée, aussi précise qu’elliptique, nous découvrons l’évolution d’une femme qui ne peut vivre autrement que libre. La vie intime – quelque peu romancée – de Colette nous est relatée par scènes de vie toujours introduites par un court texte et parsemées de citations de l’autrice. Le dessin, dans un style Art déco, est élégant et en parfaite adéquation avec la période à laquelle a vécu Colette, période que nous appelons la Belle époque.

Une belle bande dessinée qui nous permet de découvrir ou redécouvrir une femme d’abord un peu naïve mais qui parvient à mener sa vie comme elle l’entend et en faisant fi des scandales.

Plusieurs biographies racontent cette femme et auteure hors norme qu’est Colette (1893-1954). Ce sont ses années d’apprentissage qui sont relatées ici, de son mariage, à l’âge de 20 ans, jusqu’à son divorce. « On ne meurt que du premier homme », écrira-t-elle en 1909. Mais cette mort peut être un nouveau commencement, et celle qui signera « Colette » à partir de 1910 est bien cette femme qui ouvre progressivement les yeux sur sa condition de femme écrivain exploitée et d’épouse bafouée, et qui va s’émanciper, avec quel talent !, par l’écriture. Incroyablement complexe, puissamment déterminée, véritablement douée, Colette interpelle par sa capacité à réinventer sa vie et à s’affirmer comme un être libre.

Editions : Dargaud ♦ Date de parution : 17 mars 2017 ♦ Nombre de pages : 128 p. ♦ Prix : 24,95€

Annie Goetzinger est l’une des rares femmes de la bande dessinée. Après des études aux Arts où elle étudie le dessin de mode, elle publie dans ‘Circus’, ‘L’Écho des savanes’, ‘Fluide glacial’, ‘Métal hurlant’ et surtout ‘Pilote’. Son premier album, « Casque d’or » (Glénat, 1976), remporte deux prix au festival d’Angoulême. (Source)

Publicités

3 commentaires sur « Les apprentissages de Colette, Annie Goetzinger »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s