89 mois, Caroline Michel

Jeanne, 33 ans, est contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre. Elle souhaite avoir un enfant depuis longtemps, mais après une relation sérieuse qui prend fin, ses espoirs de devenir mère s’écroulent. Célibataire depuis un an, la jeune femme prend conscience que le temps passe et qu’il ne lui reste que 89 mois avant ses quarante ans. Devenir mère devient alors une obsession et elle décide de faire un enfant seule puisqu’elle a fait une croix sur le couple. Sa décision ne fait pas l’unanimité : certaines personnes de son entourage tentent de lui faire abandonner son projet à coups d’arguments (souvent) vaseux quand d’autres l’encouragent et la soutiennent. Même si Jeanne doute parfois, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à lever les jambes après chaque rapport ou encore à aller voir une voyante qui lui annoncera le décès imminent d’un hamster qu’elle connaît, ne sait-on jamais.

Avec 89 mois, Caroline Michel parle des choix intimes souvent jugés à l’aune du conformisme ambiant. Il est bien question d’avoir un enfant seul. Jeanne provoque d’abord les rencontres afin de s’éviter un voyage en Belgique, en Espagne ou autres. Son amie Alice, maniaque du contrôle et toujours bienveillante à l’égard de ses amis, tente de lui faire abandonner son projet car il est égoïste de vouloir un enfant qui n’aura pas de père, car il est difficile de s’occuper seule d’un enfant, etc. Alice, qui vient d’avoir son petit Alban, avance de nombreux arguments que Jeanne se fait une joie de contre-argumenter car un enfant n’est pas à l’abri d’avoir un père connu et reconnu mais absent. Bref, Jeanne est sans cesse confrontée aux jugements des autres mais elle est bien déterminée à devenir mère. Elle sait qu’elle ne peut taire son désir en attendant q’une homme entre dans sa vie pour le légitimer. Son désir d’enfant devient une obsession, à tel point qu’elle fait parfois des choix dangereux et que ses expériences deviennent hilarantes.

89 mois traite un sujet sérieux avec beaucoup d’humour spontané et de tendresse. Jeanne est une personne simple, attachante, drôle (elle va jusqu’à parler à son enfant à venir) et parfois un peu naïve. Nous suivons son combat avec beaucoup de plaisir bien que son obsession apporte quelques répétitions au roman.

Une lecture à la fois sérieuse et légère. Une lecture qui fait du bien !

Merci aux Editions Préludes qui m’ont permis de découvrir ce roman !

Ornements

9782253107750-001-X_0« J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. »

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Editions : Préludes Date de parution : 4 mai 2016 ♦ Nombre de pages : 288 p. ♦ Prix : 14,90€

Ornement 1

bLO5X5epCaroline Michel écrit pour la presse féminine.  Elle est aussi auteur et blogueuse.

Publicités

14 commentaires sur « 89 mois, Caroline Michel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s