« Winter people » de Jennifer McMahon

winter-people-Mcmahon« Nous approchons de la fin de son septième jour, mais ma petite fille reste tapie dans la pénombre. Elle est là, puis disparaît sans prévenir.
J’ai pu constater qu’elle était très pâle, avec les yeux cernés et vêtue, comme ce matin ou elle est partie chercher son père, de sa robe bleue, de ses bas en laine et de son petit manteau noir. Ses cheveux sont emmêlés. Elle a les joues maculées de terre. Il émane d’elle une odeur de brûlé, celle d’une bougie qu’on vient de souffler. Elle fait peur à Shep. Il fixe parfois les ténèbres en grognant, les poils du cou hérissés.
Depuis que j’ai fini d’écrire notre histoire, je lui parle, lui fredonne des chansons, je fais tout pour l’inciter à se montrer. Tu te rappelles ? lui dis-je. Tu te rappelles ? »
Et si l’amour était vraiment plus fort que la mort ? Et si vous aviez la possibilité de ramener de l’au-delà l’être que vous aimez le plus au monde ?
Un suspense terrifiant pour un sujet grave. On ne peut pas lâcher l’histoire. On plonge dans l’effroi.

Editions : Robert Laffont   Traduit par : Jean-Baptiste Bernet  Date de parution : 5 février 2015 ♦ Nombre de pages : 432 pages ♦ Prix : 21,00€

En 1908, Sara et Martin perdent leur fille, Gertie, près de la Main au Diable. Sara, qui entretenait une relation fusionnelle avec sa fille se laisse submerger par son chagrin et son désespoir, avant de se rappeler de la femme qui l’a élevée : cette dernière lui a légué le secret pour réveiller un mort. Cependant, quelques semaines après le décès de Gertie, Sara et Martin sont retrouvés morts. L’histoire est aujourd’hui connue grâce au journal de Sara et tout porte à croire que Martin a tué sa femme. Néanmoins, les pages finales du journal sont manquantes…

De nos jours, Ruthie habite dans une ferme avec sa mère et sa sœur.  Un soir, elle se rend compte de la disparition de sa mère, Alice. Elle doit alors s’occuper de sa petite sœur, Fawn, et tenter de trouver des indices dans la maison pour retrouver leur mère. C’est ainsi qu’elles découvrent que la vieille ferme est truffée de cachettes, créées par Sara…

Winter People c’est une histoire qui nous est racontée de différentes manières, par plusieurs personnages, à plusieurs époques. C’est plusieurs récits qui finalement racontent la même chose, la même douleur, le même espoir car Winter People parle du deuil. Du deuil impossible et de ce que seraient capables de faire ceux qui restent pour passer quelques jours, quelques heures ou seulement quelques minutes avec la personne disparue.

Dès les premiers chapitres,  la curiosité du lecteur est réveillée. Qu’est-il arrivé à Alice ? Pourquoi Gertie est tombée dans le puits alors qu’elle connaissait la forêt ? Pourquoi Martin aurait tué Sara ? Les légendes qui entourent la Mains au Diable sont-elles vraies ? Quels sont donc ces cauchemars, comme des souvenirs d’une vie passée, que fait Ruthie ? Où sont passées les dernières pages du journal de Sara, celles où elle raconte ce qu’il s’est vraiment passé ?

Finalement, ce roman est prenant : nous allons de découverte en découverte, de surprise en surprise et Jennifer McMahon parvient à nous faire frissonner à plusieurs reprises. Entre les disparitions étranges et inexpliquées, les apparitions fantomatiques, les grattements et les placards, l’auteure ne nous épargne pas, d’autant plus qu’elle traite un sujet grave : la perte d’un être aimé. Un roman bien écrit, à découvrir !

Publicités

3 commentaires sur « « Winter people » de Jennifer McMahon »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s