« Une fille dans le noir » d’Anna Lyndsey

104222128Dans ma boîte, je n’ai pas d’impact sur le monde, qui suit sa route comme si je n’y vivais pas. Les gens passent devant la maison silencieuse et fermée et, s’ils y pensent, concluent probablement qu’elle est inhabitée. Et qu’y a-t-il dedans ? Une créature qui se tapit, rampe, se morfond et erre parfois d’une pièce à l’autre, fuyant, terrorisée, la porte d’entrée ouverte et accueillante et les lumières allumées. Dans la veine du Scaphandre et le Papillon, le témoignage bouleversant d’une jeune femme prisonnière du noir. Londres, 2005. Anna est jeune, ambitieuse et amoureuse. Mais depuis quelques semaines, la peau de son visage semble réagir à la lumière de son écran d’ordinateur. Puis à celle du soleil. Ces sensations de brûlure, de plus en plus intenses, s’étendent bientôt sur tout son corps. Le verdict tombe : Anna est atteinte d’une sévère hypersensibilité à la lumière. Comment vivre sans lumière ? Que faire de ses journées quand on est reclus dans l’obscurité ? Anna Lyndsey livre le journal d’une vie hors du commun, hors du monde.

Acclamé par la presse, ce récit poignant porté par une superbe écriture fera l’objet d’une adaptation cinématographique.

Editions : NiL  ♦ Traduit par : Isabelle Chelley Date de parution : 15 mai 2015 ♦ Nombre de pages : 280 pages ♦ Prix : 18,50€

Avec ce témoignage, nous découvrons Anna, une jeune femme ambitieuse qui aime son travail au Ministère du Travail. Anna vit à Londres et vient de rencontrer Pete, un physicien passionné de photos. Mais, alors qu’Anna travaille, elle se rend compte que son visage ne supporte plus l’exposition à un écran d’ordinateur, puis au soleil. Elle pense d’abord à une fatigue passagère, au stress… Mais le temps passe et son hypersensibilité gagne du terrain. Bientôt, son corps entier brûle et c’est le début de ses souffrances…

Finalement, Anne découvre qu’elle a développé une hypersensibilité rare à la lumière : une maladie relativement peu connue et que les médecins n’expliquent pas. Ces derniers ne parviennent donc pas à trouver de réponse aux questions d’Anna et inexorablement elle sombre dans l’isolement et qu’elle n’a pas de traitement. Elle doit repenser son quotidien, ses projets, remplir le vide dans laquelle l’obscurité la plonge. Tant bien que mal, elle tente de s’adapter à sa nouvelle situation : elle écoute des livres audio, invente des jeux à faire dans le noir, etc.

Ce livre est une leçon de courage et de combativité. Anna ne nous cache rien de son cheminement, de ses doutes, de ses douleurs et de sa dépendance à ses proches ; elle nous avoue penser au suicide. On découvre une jeune femme sensible mais tellement forte. Le tout est porté par une plume vraiment agréable. Son témoignage est travaillé. Elle alterne entre ses souvenirs et présent, entre ses rêves et sa réalité.

Au final, ce témoignage est celui d’une jeune femme qui invite à l’admiration. Elle nous fait découvrir son nouveau quotidien grâce à une plume qui mêle poésie et humour. Je ne peux que vous conseiller de découvrir le combat d’Anna !

Publicités

7 commentaires sur « « Une fille dans le noir » d’Anna Lyndsey »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s