« Trente-six chandelles » de Marie-Sabine Roger

98574185_o

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l’heure de son anniversaire, Mortimer Decime attend sagement la mort car, depuis son arrière grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du martin, le jour de leurs 36 ans. La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées? Y a-t-il un gène de la scoumoune? Un chromosome du manque de pot? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d’une malédiction familiale? Entre la saga tragique et hilarante des Decime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire. Mais qui sait si le Destin et l’Amour, qui n’en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ?

 

Editions : Editions du Rouergue ♦ Date de parution : 20 août 2014 ♦ Nombre de page : 278 p. ♦ Prix : 20,00 €

 

Besoin d’une dose de rire et de bonne humeur ? Ce livre est peut-être pour vous !

Le jour de ses 36 ans, Mortimer s’apprête à mourir, comme tous les hommes de sa famille avant lui. Il attend la mort, habillé d’un costume de circonstance, dans un appartement dont il a déjà résilié le bail. Sa seule fantaisie sont ses chaussettes avec des « oursons rouges et jaunes, clonés façon Andy Warhol, sur fond de neiges éternelles. Mourir d’accord mais du bon pied ». Cependant, la mort ne vient pas et sa vie se voit bouleverser pas cet évènement tant préparer…

Nous allons alors rencontrer d’autres personnages, tous aussi fantasques les uns que les autres. Il y a Paquita, femme de 52 ans qui fait des crêpes et s’habille de façon extravagante. Il y a Nassardine, le mari de Paquita, qui est arrivé de son Algérie natale il y a 19 ans et qui fait un café imbuvable. Et puis, il y a Jasmine… Jasmine qui pleure dans la rue, même les jours de pluie, pour aider les gens qui ne vont pas bien.

Avec Trente-six chandelles, je découvre la plume de Marie-Sabine Roger, auteure qui m’était jusqu’alors inconnue. Et pourtant, elle est loin de publier son premier roman !

Le style de Marie-Sabine Roger est simple, sans fioriture ni recherche, il fait même très oral. Pourtant, on accroche aisément à sa plume qui nous entraîne dans un univers drôle, tendre et léger. C’est un hymne à la vie qui nous est offert, avec son lot de surprises et de bouleversements ; une réflexion sur la mort et l’incertitude de son échéance.

Voici donc un roman drôle, plein d’humanité, dont la lecture fait un bien fou !

Publicités

Un commentaire sur « « Trente-six chandelles » de Marie-Sabine Roger »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s