« Ondine » de Benjamin Lacombe

176267433

Editions : Albin Michel Jeunesse  Date de parution : avril 2012  Nombres de pages : 40 p.  Prix : 19 €

 

Benjamin Lacombe revient avec le mythe d’Ondine à ses amours romantiques et pré-raphaélites. Inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et la pièce de Jean Giraudoux, il propose sa version du conte, où prédominent des images très picturales faisant écho aux peintures de Millais ou Waterhouse. Par un savant jeu de calques imprimés, il fait émerger toute la sensualité et la transparence de cet univers aquatique.

Vibrant pour le beau chevalier Huldebrande, Ondine se noie dans les tumultes de l’amour, ses marivaudages et ses trahisons.

 

 

Mon avis :

Les « Ondines » sont des divinités aquatiques dans la mythologie germanique. Ce sont des nymphes où des naïades qui fréquentent donc rivières et fleuves, au contraire des sirènes et tritons que nous trouvons plutôt en mer. Avec cet album, Benjamin Lacombe réinterprète donc le mythe d’Ondine, inspiré par les textes de Friedrich de La Motte-Fouqué et par la pièce de Jean Giraudoux.

Ondine 004

L’histoire nous entraîne tout abord dans la « terrible Forêt-Noire ». Là-bas, un monde peuplé par les esprits des eaux, les ondins, dont la douce Ondine fait partie, nous attend. Recueillie par une famille de paysans pauvres, qui ont perdu leur fille, mais aimants, Ondine aspire à posséder une âme. Pour cela, un homme doit tomber amoureux d’elle.

2012-06-10-14.04.04-1024x768

Un  soir, sous une pluie battante, le chevalier Hans de Ringstetten s’égare en pleine forêt avant de trouver refuge chez Ulrich et Eugénie, les parents adoptifs d’Ondine. Ondine est « d’une beauté si délicate » que le chevalier tombe sous son charme. Après s’être promis l’un à l’autre, Hans et Ondine scellent leur engagement. Bientôt, une nouvelle vie les attend dans le château de Ringstetten…

Ondine 007

J’adore le travail de Benjamin Lacombe, et cet album prouve une fois de plus son talent. L’histoire racontée est magnifique, tout comme les illustrations. Ses dessins sont d’une beauté renversante, à la fois doux et sombres. Grâce aux calques imprimés, Benjamin Lacombe nous plonge dans un univers aquatique et vaporeux, sensuel mais aussi inquiétant.

3826830328

Ce conte, à la fois fantastique et tragique, me donne envie de redécouvrir (et découvrir) les autres livres de Benjamin Lacombe. Une fois de plus, je suis charmée.

Ondine 011

Publicités

Un commentaire sur « « Ondine » de Benjamin Lacombe »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s