« Carrie » de Stephen King

Carrie-Jai-lu

 

Editions : J’ai Lu

252 pages

Résumé :

L’histoire tragique d’une jeune adolescente timide et discrète de 16 ans, Carrietta « Carrie » White, élevée par une mère célibataire fanatique religieuse et endurant depuis sa plus tendre enfance les moqueries et persécutions de ses camarades de classe.
Mais Carrie se (re)-découvre un pouvoir, qu’elle va apprendre à maîtriser pour, peut-être, préparer sa vengeance…

 

Mon avis :

Tout le monde connait ce roman de Stephen King, non ? Premier roman de Stephen King… En ce qui me concerne, je l’ai connu en commençant par regarder l’adaptation de Brian de Palma (Carrie au bal du Diable, 1976).  Du coup, j’ai lu le livre alors que je connaissais déjà l’histoire, ce que je n’aime pas faire. Cependant, ce n’est pas dérangeant surtout que j’ai vue le film il y a longtemps. Certes, je connaissais la plupart des détails mais la forme du roman fait qu’il est tout de même très différent. En effet, c’est un roman à plusieurs voix que nous offre Stephen King.

C‘est l’histoire de Carrie qui nous est raconté mais pas par elle. Le récit est entrecoupé d’articles de journaux (fictifs), d’extraits de livres spécialisés traitant du cas Carrie White et de ce que raconte Sue (Susan) Snell, une camarade de Carrie. Il y a également quelque flashback où Carrie se remémore les différentes manifestations de son pouvoir. Tout cela permet d’avoir une idée précise du déroulement de l’histoire en lui donnant une dimension réelle.

L‘histoire en elle-même se passe dans la ville de Chamberlain, dans le Maine. Carrie est une adolescente discrète de dix-sept ans. Depuis son enfance, elle endure moult persécutions ainsi que les moqueries de ses camarades. Une vraie torture mentale. Pourtant, Carrie est un personnage timide, discret, qui ne cause de tort à personne. A cela s’ajoute le fanatisme de sa mère, Margaret White.

 Le roman s’ouvre sur une scène, justement, de persécutions. Cela sa passe après le sport : Carrie et d’autres filles sont sous les douches. Alors que Carrie se lave, elle a ses premières règles et bien entendu, les autres filles se moquent d’elle. Elles lui lancent des tampons, des serviettes, etc. En plus de l’humiliation, Carrie ignore pourquoi ce sang coule car sa mère, qui considère le sang comme un « pêché », ne l’a pas informé au sujet des « menstruations ». Bonjour l’angoisse ! C’est là que tout commence vraiment.

J‘ai été touchée par le personnage de Carrie : j’ai eu pitiée d’elle. En même temps, on l’admire presque de faire face à autant d’humiliations (même si la dernière va se transformée en catastrophe) sans réagir. Au début, elle ne tient même pas tête à sa mère. Mais, en apprenant à gérer son pouvoir elle va commencer à changer et à lui faire front. Ce qui amènera, en parti, à la catastrophe finale.

La plupart des personnages de ce roman sont détestables comme Margaret, la mère de Carrie. Elle n’hésite pas à enfermer sa fille par exemple. Il y a aussi Chris, une garce de première, celle qu’on aimerait baffer (et plus encore). Il y a Billy, qui est vraiment insupportable. On croise néanmoins quelques personnages qu’on peut apprécier comme Tommy, qui invitera Carrie au bal même si ce n’est pas de sa propre initiative. Il y a Sue, que j’ai apprécié bien qu’elle se montre égoïste.

Ce fut une agréable lecturetouchante et émouvante, et, contrairement aux autres romans de Stephen King, je n’ai pas eu de mal à le terminer (en même temps il ne fait que 252 pages). En général, je trouve que ses romans finissent toujours par tirer en longueur, c’est d’ailleurs pour cette raison que je n’ai toujours pas terminé Désolation et Jessie. En fait, j’ai beaucoup aimé la forme du roman (en plus du fond). J’apprécie vraiment les romans à plusieurs voix, comme les romans épistolaires par exemple. On a plusieurs points de vue et on arrive tout de même à restituer parfaitement l’histoire. Et puis, Stephen King a tout de même uneplume vraiment agréable.

Publicités

6 commentaires sur « « Carrie » de Stephen King »

    1. Je dois avouer que je ne suis pas une grande fan se Stephen King. J’ai ai lu pas mal mais je n’ai pas tous réussie à les terminer… le style de l’auteur me plait et ce qu’il raconte également mais je trouve que certains de ses romans tirent en longueur au bout d’un moment du coup je me lasse… Néanmoins, il y en a quelques uns que j’ai terminé et adoré ! Et prochainement je compte me lancer dans Shining car j’aime beaucoup le film de Kubrick.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s